1/5

Ateliers numériques - Création d’un hôtel d’entreprises

Valenciennes, Nord 20010

Le projet visait à constituer un élément architectural significatif dans ce qui est aujourd’hui une friche industrielle sans accroches architecturales, hormis quelques maisons en brique vestiges du passé industriel du quartier. L’immeuble tant par l’articulation de sa structure que par le vocabulaire et les matériaux mis en œuvre exprimait à la fois l’efficacité et la rationalité de l’organisation des entreprises attendues. La conception et l’image spécifiques ainsi formalisées donnaient au projet l’attractivité nécessaire pour favoriser l’implantation d’entreprises innovantes.

 
Une résille métallique venait envelopper les façades extérieures. Inspirée de la dentelle de Valenciennes, les motifs en étaient réinterprétés avec les codes du langage numérique. Elle contribuait ainsi à forger l’identité et l’unité de l’immeuble. Elle devait assurer l’occultation des vues depuis l’extérieur et  gérer les apports de lumière naturelle en fonction des besoins liés au travail sur écran informatique. 
Le principe de fonctionnement se caractérisait par une articulation centrale des fonctions principales contribuant à leur lisibilité, grâce à  une ample galerie commune, traitée en mail couvert. L’attention portée à ces espaces dédiés au passage était déterminante pour la valeur d’usage des bâtiments et l’agrément de leurs occupants.


Le programme de la ZAC prévoyait une limitation des terrassements du fait de la pollution des sols et la présence d’anciennes mines, ce qui nécessitait de recourir à un système de construction léger, dans le cadre d’une démarche HQE avec un  chantier propre. La structure porteuse était ainsi constituée d’une part de poteaux et  poutres de rives en béton, et d’autre part d’une structure en bois pour les hourdis et les façades, l’ensemble étant préfabriqué  en usine en vue d’un assemblage à sec sur le site.


Le traitement paysager reposait sur un principe de profusion végétale par des arbres de haute et basse tige assortis d’arbustes et de plantes de prairie, dont la présence était nécessaire au bon fonctionnement du système de climatisation. En effet, le projet mettait en œuvre les principes définis par le cabinet Transolaar, associé allemand de BRS, en matière de gestion bioclimatique, la galerie centrale jouant le rôle d’espace tampon thermique, tant en hiver qu’en été, permettant de gérer sans système mécanique ou électrique l’évacuation et le renouvellement de l’air dans les locaux de travail.


L’intégration du projet dans le parc était assurée par une végétalisation de l’ensemble de ses façades, ainsi que des toitures et terrasse accessible dans l’esprit d’une prairie suspendue. Une noue paysagère assurait  la récupération des eaux pluviales à travers la galerie et les jardins pour aboutir à un bassin de drainage, placé en limite de la parcelle, conformément au cahier des charges du parc d’activités.

Maître d’ouvrage : CI du Valenciennois
Date : 2010
Etat d’avancement : Concours
Architecte : Jean-Michel Reynier Architecte / BRS 
Mission : Architecte mandataire, mission de base loi MOP
Superficie (SHON) : 6 600 m2

Coût : 8.15 M€
BET TCE : SODEG

Paysagiste : Wagon Lanscaping

Économiste : CB économie